Bilan de nos 6 mois

Avant de partir nous avions résumé les objectifs de cette aventure dans un article intitulé « pourquoi ce voyage ? ». Nous avons désormais un peu de recul, Il est l’heure de faire un petit bilan …

Voir comme la Terre est belle : Ah ça oui et pas qu’en France (bon cela on le savait déjà !). Il faut dire que nous avons été gâtés avec la Nouvelle-Zélande. Parfois il faut apprendre à regarder, expliquer, essayer de comprendre les choses, mettre en perspective, et c’est ce que nous avons essayé de transmettre à nos enfants. Leur donner le goût du beau, de la rareté, du génie géologique, végétal et animal !

Mais fragile. On a vu de près les limites de notre système économique mondialisé en termes d’écologie : surconsommation, artificialisation des terres et agriculture intensive en Nouvelle-Zélande, bétonisation à outrance et déchets jetés partout en Turquie. Cela nous a souvent interpellé et questionné. Du coup, nous avons passé beaucoup de temps à nous informer sur les problèmes écologiques en cours et les actions entreprises pour changer les choses. Nos enfants sont devenus de vrais citoyens avertis sur ce sujet … et des militants en herbe ! Voir nos enfants spontanément prendre des sacs poubelles et entreprendre de nettoyer une plage de la Mer Noire devant des Turcs interloqués, nous a fait très plaisir. Ce voyage n’a pas été une révélation sur les désordres écologiques qui nous menacent mais plus une nouvelle prise de conscience sur le fait que nous n’en faisions pas encore assez. Par conséquent, après une lecture collective du livre « famille zéro déchet » de Jérémie Pichon, nous nous sommes lancés le défi familial de réduire drastiquement nos déchets dès notre retour en France. Et depuis, on s’y tient ! Bye-bye les plastiques en tout genre et les achats inutiles !

Vivre au quotidien à 6 : pas de tragédie à ce niveau ! Il y a bien eu quelques haussements de ton par moment, comme dans toute famille, mais c’est globalement plutôt simple entre nous. Les sujets de friction tournaient autour des devoirs pour les deux grands pas toujours d’humeur à s’y mettre, les démarrages de randonnée pour Angèle pas toujours très motivée, le couple Axel / Angèle en voiture lors des longs trajets et l’impatience de papa le matin devant le temps pris par chacun pour être opérationnel ! Nos 4 loulous ont passé beaucoup de temps à jouer ensemble. Ils ont une très belle relation entre eux, se recherchent, sont complices et s’entraident. Jamais de violence physique. Assurément notre plus belle réussite de parents (pourvu que ça dure !). Ces mois passés tous ensemble nous ont permis de voir grandir nos enfants, de mieux les connaître, de beaucoup discuter tous ensemble et de partager plein d’expériences et de souvenirs en commun , les seuls biens précieux dignes d’intérêt.

Aborder d’autres cultures : oui et non. Nous restons un peu sur notre faim sur ce point. Le COVID nous a empêché d’aller en Asie du Sud-Est, laquelle pour le coup aurait été un vrai choc culturel. Nous nous sommes un peu rattrapés avec la Turquie dont la culture est quand même assez éloignée de la notre. Conclusion : objectif en cours d’acquisition comme dirait la maîtresse ! Mais on n’a pas dit notre dernier mot. Autre frein sur ce thème, la barrière de la langue. C’est un vrai handicap lorsque l’on veut approfondir les relations avec les habitants. Notre niveau d’anglais n’est pas suffisant même si nous avons fait pas mal de progrès. Quant à notre niveau en Turc, sans commentaire … Conclusion de tout cela, se mettre très sérieusement tous ensemble à l’anglais !

Faire des rencontres : c’est ce qui marque le plus, nous le savions déjà, mais cela s’est confirmé. Que se soit avec des locaux ou d’autres voyageurs, nous avons toujours apprécié ces moments d’échange plus ou moins longs. MERCI à tous !

Casser la routine : oh oui et avec plaisir. Le top était de ne pratiquement pas avoir d’obligation le matin. On gérait notre emploi du temps en fonction de nos envies, des rencontres et de la météo. Adieu la montre ! Du coup les journées passaient différemment et moins vite. Après il ne faut pas se mentir, on quitte une routine mais une autre aurait tendance à pointer son nez lorsque nous sommes en itinérance (refaire chaque jour ses bagages, rouler, marcher, manger, chercher un hébergement pour le soir, laver le linge, faire des courses, faire l’école, internet …). Nous ne serions pas faits pour changer d’endroit tous les jours pendant 6 mois. Cela suppose un rythme exténuant ! Nous avons besoin de nous poser régulièrement, de privilégier les échanges aux visites. Depuis notre retour nous avons très (trop) vite replongé dans notre quotidien et retrouver nos marques. Il faudrait partir beaucoup plus longtemps pour être complètement déconnecté. A nous d’être vigilants de ne pas s’enfermer dans cette routine et de régulièrement penser à « appuyer sur pause ! ».

Gérer les imprévus et les contrariétés : ce serait faux de dire qu’il n’y en pas eu, mais en tout cas pas ceux que nous avions prévus (des imprévus pas prévus !!!). Nous avons bien eu les classiques comme les pannes de véhicule, les difficultés à trouver un hébergement avec le risque de dormir dans la voiture, les points d’intérêts fermés et les renoncements dû à la météo. On a même sauté la case médecine et séjour à l’hôpital pendant 6 mois (bon au bout d’un mois en France nous étions déjà 4 à avoir choppé une angine !). Par contre nous n’avions pas imaginé faire une croix sur l’Asie du Sud-Est et rester bloqués 3 mois supplémentaires en NZ. Merci le COVID ! En rentrant en France tout le monde nous a dit : « Oh vous devez être déçus, c’est pas de bol … ». Mais nous, on l’a plutôt bien vécu. Bien sûr, nous n’avons pas visité ce que nous avions programmé, mais nous avons fait et vu d’autres choses. Nous avons toujours pu en profiter et vivre des expériences ! Nous nous sommes adaptés au contexte, cela faisait d’ailleurs partie des objectifs pédagogiques du voyage. C’est cela que nous étions partis chercher, donc aucune amertume chez nous et plutôt la conscience d’avoir préservé nos enfants et d’avoir été du côté des mieux lotis !

En conclusion : Voilà plus d’un mois que nous sommes rentrés dans notre Normandie natale. Les paysages ici sont toujours aussi beaux, les températures clémentes, nous essayons de profiter de nos proches … bref nous aimons notre coin. Ce voyage a confirmé une nouvelle fois que nous ne nous voyons pas habiter autre part qu’en France, mais nous avons besoin d’aller voir régulièrement ailleurs. C’est ainsi ! Nous arrivons à une vingtaine de pays visités sur les 5 continents et on ne s’en lasse pas ; juste la manière de voyager qui évolue avec l’âge.

Nous conseillons à toutes les familles de faire ce genre d’expérience. N’attendez pas une vraie raison de ne pas pouvoir le faire (gros problème de santé, enfant trop grand, chômage …), foncez ! Pas forcément aussi loin, aussi longtemps (encore que !). Juste se retrouver, passer du temps à faire des choses ensemble, s’entraider, se soutenir, rire, se construire des souvenirs communs … bref, être une famille.

Nous repartirons un jour !

Un avis sur « Bilan de nos 6 mois »

  1. Vous nous avez fait rêver nous avons suivi avec beaucoup d’attention votre périple c’était passionnant car nous voyageons aussi mais différemment nous avons bien aimé les commentaires des enfants
    C’est avec plaisir que nous vous suivrons dans d’autres aventures et nous aussi nous attendons des jours meilleurs pour repartir découvrir le monde bisous à toute la famille

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :